Ifremer's institutional repository
Ifremer

Influence of oyster farming Crassostrea gigas on the phosphate cycle in an intertidal zone : the role of biodeposition

Autre(s) titre(s) :
Influence des cultures d'huîtres Crassostrea gigas sur le cycle du phosphore zn eone intertidale : rôle de la biodéposition
Publication Type :
Publication
Publication date :
1986-07
Language :
English
Copyright :
Gaulhier-Villars
Author(s) :
Sornin Jean-Marc1, Feuillet Michelle1, Heral Maurice2, Fardeau Jean-Claude3
Affiliation(s) :
1 : CREMA-L'Houmeau, Case 5, 17137 Nieul-sur-Mer., France
2 : Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer (IFREMER), Mus de Loup, BP 133, 17390 La Tremblade, France
3 : CEA, Radioagronomie, Centre d'Études Nucléaires, Cadarache, BP 1, 13115 Saint-Paulles- Durance, France
Source :
Oceanologica Acta (0399-1784) (Gauthier-villars/editions Elsevier), 1986-07 , Vol. 9 , N. 3 , P. 313-322
WOS© Times Cited :
28
Mot-Clé(s) :
phosphore, Crassoslrea gigas, Biodéposition, Dilution isotopique, Marennes-Oléron
Résumé :
Différentes étapes du cycle du phosphore, en relation avec une culture intensive d'huîtres Crassostrea gigas sont analysées dans le bassin de Marennes-Oléron (France). On a étudié les flux de phosphore entre les formes dissoutes, minérales et organiques, soit dans la colonne d'eau soit dans les eaux interstitielles et subjacentes du sédiment, et entre les formes particulaires représentées par les matières en suspension, les biodépôts et le sédiment. La détermination des flux de phosphore permet en particulier de connaître les quantités consommées lors de la filtration par l'huître, ainsi que celles déposées sur le sédiment. Les variations saisonnières des compartiments de phosphate des matières en suspension révèlent une diminution du phosphore assimilable après leurs rejets en biodépôts, pendant le mois de juillet puis en septembre-octobre. Ce déficit peut atteindre 75 % de l'apport ce qui correspond, pour une densité de 200 huîtres au m2, à 20 mg de phosphore par m2 et par jour. Elle peut avoir pour origine soit une consommation directe par les huîtres, soit une modification physico-chimique du biodépôt au cours de sa traversée dans l'huître. Les apports de phosphore total, dus à la présence des cultures d'huîtres, atteignent 3.500 mgP.m-2 par jour en février - mars et septembre - octobre~. Pour le phosphore assimilable, le maximum est en hiver de 80 mg.m -2 par jour.
Keyword(s) :
Phosphorus, Crassostrea gigas, Biodeposition Isotopic, dilution, Marennes-Oléron
Abstract :
Some aspects of the phosphorus cycle were studied in the estuarine bay of Marennes, Oléron, an area of intensive cultivation of Crassostrea gigas on the west coast of France. The annual cycle of dissolved phosphorus (mineral and organic) in the water column, interstitial water and at the sediment-water interface was followed, as well as the particulate phosphorus (total and assimilable) in sediments and in suspension. A comparison of the seasonal variations in these different forms of phosphorus in the suspended matters shows a deficit in "biodeposits" (sedimented faeces and pseudofaeces from Crassostrea gigas) equivalent to 20 mg.m -2.d -1 for assimilable phosphorus in July and September-October. This may be the result of consumption by the oysters, since the same biomass (200 oysters.m-2) can yield up to 3500 mg.m-2.d-1 total phosphorus in February-March and September-October; and 80 mg.m-2.d-1 assimilable phosphorus in winter. These estimates are finally used to calculate fluxes between suspended, consumed and deposited forms of phosphorus, and demonstrate a net flux of total phosphorus from the water column to sediments amounting to 808 g.m-2.y-l and to 25 g.m-2.y-l of assimilable phosphorus.
How to cite this document:

Sornin Jean-Marc, Feuillet Michelle, Heral Maurice, Fardeau Jean-Claude (1986). Influence of oyster farming Crassostrea gigas on the phosphate cycle in an intertidal zone : the role of biodeposition. Oceanologica Acta, 9(3), 313-322. Open Access version : http://archimer.ifremer.fr/doc/00000/2973/