Archive Institutionnelle de l'Ifremer
Ifremer

Bilan 1999 du Réseau REPAMO - Réseau National de Surveillance zoosanitaire des Mollusques marins

Type de document :
Rapport
Date de publication :
2000
Langue(s) :
Français
Copyright :
2000 Ifremer
Auteur(s) :
Thebault Anne, Martin Anne-Genevieve, Le Coguic Yvette, Hirata Toshio, Tige Gilbert, Pichot Yves, Grizel Henri, Berthe Franck, Cochennec Nathalie, Renault Tristan, Le Roux Frederique
Mot-Clé(s) :
Réseau surveillance, Pathologie, Mollusques bivalves, Mortalité
Résumé :
Le réseau REPAMO (Réseau de Pathologie des Mollusques) est un réseau de santé animale, qui s'occupe des coquillages marins du littoral français métropolitain. Les mollusques marins des côtes françaises représentent une ressource par la pêche, mais sont surtout une part importante de l'aquaculture. Les pertes liées aux maladies dans ce domaine d'activité sont aujourd'hui considérées comme l'un des principaux facteurs limitants de son développement au niveau mondial. Deux exemples récents suffisent à illustrer ce danger pour l'ostréiculture française : • La culture de l''huître plate Ostrea edulis, déjà atteinte par un parasite, Marteilia refringens, est passée en quelques années de 20 000 tonnes à 1800 tonnes, suite à une épizootie. En effet à la fin des années 70, une maladie a été introduite accidentellement par des animaux porteurs d'une protozoose, Bonamia ostreae, d'origine exotique, puis la maladie s'est rapidement et largement propagée à toutes les zones de production. • L'huître creuse portugaise, Crassostrea angulata, a quasiment disparu des côtes françaises en quelques années, au début des années 70, suite à une épizootie virale à Iridovirus. Des importations rapides et importantes d'une autre espèce d'huître creuse, Crassostrea gigas, en provenance du Japon avaient permis, à l'époque, de maintenir la production. Le réseau REPAMO a été crée à la fin des années 80, en réponse à cette situation. La première Directive Européenne concernant les aspects zoosanitaires des mollusque d'élevage date de 1991. La protection de l'élevage et des gisements de mollusques vis à vis de nouvelles épizooties tient compte essentiellement des caractéristiques du milieu, du mode d'élevage (Grizel, 1996) des animaux, comme le détaille l'annexe 1. Il faut aussi remarquer que la surveillance s'exerce sur plusieurs espèces, des modes d'élevages et des agents infectieux variés. En effet, la surveillance s'exerce aussi bien sur des agents infectieux connus, présents sur le territoire (épidémiosurveillance), virus, bactéries ou parasites, que sur des agents exotiques, ou tout autre agent émergent (épidémiovigilance). Les objectifs de la surveillance zoosanitaire sont d'apporter leur contribution pour : • Prévenir l'introduction ou l'apparition d'agents infectieux. • Prévenir la propagation à l' intérieur d'un bassin et surtout entre les bassins de production. • Etudier les moyens de diminuer l'impact des agents infectieux, et surveiller leur évolution. • Garantir les échanges avec nos partenaires commerciaux. Les principaux efforts en 1999 ont porté sur l 'épidémiovigilance et l'amélioration des suivis.
Comment citer ce document:

Thebault Anne, Martin Anne-Genevieve, Le Coguic Yvette, Hirata Toshio, Tige Gilbert, Pichot Yves, Grizel Henri, Berthe Franck, Cochennec Nathalie, Renault Tristan, Le Roux Frederique (2000). Bilan 1999 du Réseau REPAMO - Réseau National de Surveillance zoosanitaire des Mollusques marins. http://archimer.ifremer.fr/doc/00098/20903/