Archive Institutionnelle de l'Ifremer
Ifremer

Biosédimentologie du Grand Lagon Nord de la Nouvelle-Calédonie

Type de document :
Thèse
Date de publication :
1989
Langue(s) :
Français
Auteur(s) :
Chevillon Christophe
Université :
Aix-Marseille II
Résumé :
Les caractères texturaux et granulométriques, la fraction terrigène et la couleur sont étudiés sur 206 échantillons de sédiments meubles prélevés à la benne Neyrpic dans le Grand Lagon Nord de la Nouvelle-Calédonie (8 400 km²), selon un plan d'échantillonnage systématique et une maille de 3 milles nautiques. Sur la base de ces premiers résultats, qui font largement appel à la cartographie, 66 échantillons ont ensuite été sélectionnés pour une étude plus approfondie de leur composition biogène et des variations quantitatives et qualitatives de la biophase sédimentaire dans l'espace. Six environnements de dépôt, dont la différenciation résulte des interactions entre physiographie, hydrodyamisme et nature des peuplements benthiques, ont été identifiés et caractérisés : les zones de passes, les zones d'arrière-récif, la plaine lagonaire, les aires de décantation centrales de la plaine, le domaine côtier et les fonds de baies côtières. Sur l'ensemble du lagon, l'hydrodynamisme, plutôt faible, n'a qu'une action limitée sur les sédiments. La sédimentation fine est nettement prépondérante sur la sédimentation grossière. L'influence terrigène, cantonnée pour l'essentiel au domaine côtier est réduite et n'est décellable qu'au niveau de la phase fine des sédiments. La sédimentation organogène carbonatée domine très largement. La couleur des sédiments apparaît comme un bon indicateur de l'influence continentale et s'avère intéressante dans la distinction des environnements de dépôt. LeS Mollusques, les foraminifères, les Halimeda et les Scléractiniaires jouent un rôle majeur dans l'élaboration de la biophase sédimentaire. Toutefois la répartition des débris coralliens reste étroitement limitée à la proximité des édifices récifaux et la contribution directe du système récifal à la sédimentogénèse de la plaine lagonaire est très réduite. La tendance général est à une sédimentation biogène autochtone ou para-autocthone dont la nature reflèterait directement la distribution et la composition des peuplements générateurs actuellement en place.
Comment citer ce document:

Chevillon Christophe (1989). Biosédimentologie du Grand Lagon Nord de la Nouvelle-Calédonie. PhD Thesis, Aix-Marseille II. http://archimer.ifremer.fr/doc/00104/21566/