Archive Institutionnelle de l'Ifremer
Ifremer

Transmission expérimentale du virus de type herpes chez l'huître creuse, Crassostrea gigas

Type de document :
Mémoire
Date de publication :
1998
Langue(s) :
Français
Référence :
Mémoire DEA - Océanologie Biologique, Option Ressources Vivantes et Ecosystèmes Côtiers. Université de Bretagne Occidentale. Institut Européen de la Mer
Copyright :
1998 Ifremer
Auteur(s) :
Affiliation(s) :
1 : Ifremer, France
Note :
Stage effectué au Laboratoire de Génétique, Aquaculture et Pathologie des invertébrés marins, B.P. 133-17390 La Tremblade, sous la direction de Tristan Renault. Février-Août 1998
Mot-Clé(s) :
Virus, Herpesviridae, Bivalve, Crassostrea gigas, Etiologie, Epidémiologie, Diagnostic, Reproduction infection
Résumé :
Au cours de l'été 1991, d'importantes mortalités de larves d'huître creuse, Crassostrea gigas, ont été observées dans des écloseries, simultanément en France (Comps et Cochennec, 1993) et en Nouvelle-Zélande (Hine & al., 1992).
Les examens histologiques ainsi que des examens réalisés en microscopie électronique à transmission d'échantillons de larves présentant des mortalités ont permis de détecter la présence de particules virales associées à des lésions cellulaires.
D'après la morphologie, la taille, les localisations intranucléaires et cytoplasmiques du virus, il est possible d'envisager son appartenance à la famille des Herpesviridae.
De nouvelles mortalités sporadiques ont été observées au cours des étés suivants sur des lots de larves élevées en écloserie, mais également sur des lots particuliers de naissain de captage naturel ou provenant d'écloseries et de nurseries (Renault e/ al., 1994). De plus, des mortalités concomitantes ont été rapportées pour des larves et des lots de naissain chez les deux espèces Crassostrea gigas et Ostrea edulis, élevées dans les mêmes installations avec détection, chez ces deux espèces, d'un virus de type herpès.
Il est possible d'associer les mortalités de larves et de naissain à la présence du virus, mais pour l'instant, la reproduction expérimentale des mortalités sur individus sains à partir de matériel biologique infecté n'a pu être réalisée que sur des larves (Le Deuff & al., 1994). Le postulat de Koch reste donc à vérifier en ce qui concerne le naissain. Cependant, des premiers essais réalisés en 1996 laissent supposer la possible transmission du virus, en conditions expérimentales, à des animaux indemnes à ce stade de développement.
Comment citer ce document:

Arzul Isabelle (1998). Transmission expérimentale du virus de type herpes chez l'huître creuse, Crassostrea gigas. http://archimer.ifremer.fr/doc/00106/21711/