Archive Institutionnelle de l'Ifremer
Ifremer

Etude sur la reproduction de la coquille Saint-Jacques en milieu artificiel

Type de document :
Rapport de contrat
Date de publication :
1983-02
Langue(s) :
Français
Référence :
COB D/BAP A 83.62
Copyright :
1983 CBEXO
Affiliation(s) :
1 : CNEXO, France
Note :
Contrat EPR Bretagne - CNEXO n°80/6203/F
Résumé :
Avec environ 20 000 tonnes de production annuelle, la pêche de la coquille Saint-Jacques Pecten maximus occupait jusqu'en 1978 une place importante dans les apports des pêcheries françaises. En raison de la surexploitation de stock, les captures en Baie de Saint Brieuc ont chuté de 12 000 tonnes en 1972 à environ 4 000 tonnes. En Rade de Brest qui avant 1963 produisait 1 000 à 2 000 tonnes par an, les débarquements stagnent au-dessous de 100 tonnes. Afin d'augmenter le recrutement en Baie de Saint Brieuc, un captage de naissain inspiré des méthodes japonaises a été mis au point. Cependant, en raison du faible nombre de reproducteurs, la reproduction naturelle ne permet plus sur cette zone le captage d'un nombre suffisant de juvéniles pour le repeuplement.
Pour pallier ces difficultés, il a été envisagé de recréer un gisement dense de reproducteurs en Rade de Brest. Les faibles dimensions de cette baie ne nécessitent pas l'implantation d'un nombre excessif de naissain: 1 à 2 millions de juvéniles semés pendant 5 ans permettraient d'obtenir un stock d'environ 500 tonnes d'adultes qui permettraient de reprendre les opérations de captage.
Pour atteindre cet objectif. les deux voies possibles sont étudiées simultanément :
- le semis de juvéniles obtenus par captage à l'étranger (Ecosse, Irlande),
- la production de naissain en écloserie qui fait l'objet du présent rapport.
L'élevage de P. maximus en milieu contrôlé a donné lieu à de nombreux travaux de laboratoire (GRUFFYDD et BEAUMONT 1970, 1972 ; COMELY, 1972 LE PENNEC, 1974, 1978 , CABELLO et CAMACHO. 1976) qui peuvent servir de base à la production industrielle. Celle-ci n'a cependant pas été réalisée car toutes les phases du développement (ponte. incubation. élevage larvaire, métamorphose, élevage des postlarves) apparaissent particulièrement difficiles à maîtriser chez cette espèce.
Le but de cette étude a donc été la mise au point des techniques de production de naissain à une échelle correspondant aux objectifs du plan de repeuplement de la rade de Brest. A l'origine, les travaux devaient être menés dans leur ensemble dans les locaux du Centre Océanologique de Bretagne, la Nurserie du Tinduff (Comité Local des Pêches Maritimes de Brest) devant servir de relais pour les transferts de naissains de 3 mm en mer. A la suite des difficultés rencontrées au COB pour l'obtention de la métamorphose, des essais d'élevage de postlarves à partir du stade pédivéligère ont été menés dans la serre du Tinduff dès 1980. Les résultats obtenus ayant été particulièrement encourageants, les expériences ont été reprises en 1981. Cette collaboration a été amplifiée en 1982 et financée par le contrat CNEXO n° 82/6849, elle représente une part essentielle dans la filière de production qui a été définie au cours de cette étude.
Comment citer ce document:

Cochard Jean-Claude (1983). Etude sur la reproduction de la coquille Saint-Jacques en milieu artificiel. http://archimer.ifremer.fr/doc/00108/21968/