Traceability of aquatic animals

Other titles Traçabilité des animaux aquatiques
Type Article
Date 2001-08
Language English
Author(s) Hastein T1, Hill Bj2, Berthe Franck3, Lightner Dv4
Affiliation(s) 1 : Natl Vet Lab, Dept Aquat Anim Hlth, N-0033 Oslo, Norway.
2 : CEFAS, Weymouth Lab, Weymouth DT4 8UB, Dorset, England.
3 : IFREMER, Lab Genet & Pathol, F-17390 La Tremblade, France.
4 : Univ Arizona, Adm Off, Dept Vet Sci & Microbiol, Tucson, AZ 85721 USA.
Source Revue Scientifique Et Technique De L Office International Des Epizooties (0253-1933) (Office Int Epizooties), 2001-08 , Vol. 20 , N. 2 , P. 564-583
DOI 10.20506/rst.20.2.1300
WOS© Times Cited 35
French abstract La traçabilité est devenue une priorité pour la recherche et les diverses activités aquacoles mais aussi pour le contrôle des échanges d'animaux aquatiques et de leurs produits. S'agissant du marquage des poissons, de nombreuses méthodes ont été décrites, suivant la finalité et les besoins auxquels elles répondent. En revanche, pour les mollusques et les crustacés, les procédés sont moins nombreux, en raison notamment de difficultés pratiques. Les auteurs décrivent tout d'abord les différentes techniques de traçage des poissons et des produits de pisciculture: les marques externes telles que les marques Floy, les marques Carlin et les transmetteurs passifs intégrés ; les marques chimiques à l'aide de substances inorganiques comme le nitrate d'argent ou le nitrate de potassium, les pigments, l'oxytétracycline, etc.; et différents dispositifs électroniques permettant de stocker des informations de base comme la souche du poisson, l'élevage d'origine ou le poids. La traçabilité génétique grâce à la caractérisation de l'acide désoxyribonucléique se développe assez rapidement pour les élevages de reproducteurs ainsi que pour les populations sauvages. Cette technique présente un degré très élevé de fiabilité pour confirmer ou infirmer l'origine, l'ascendance ou la souche des animaux ou des produits; elle peut également servir de preuve devant les tribunaux. La deuxième partie est consacrée à la traçabilité des mollusques destinés au repeuplement ou à la consommation. Pour ces applications, les marqueurs génétiques conviennent tout à fait. Le marquage mécanique à petite échelle a également été utilisé à des fins de recherche. Sinon, la seule méthode de traçabilité possible demeure la tenue de documents de transport et l'étiquetage des emballages pour certifier l'origine des produits. Dans la troisième partie, les auteurs décrivent les méthodes disponibles pour le traçage des crustacés. Ils passent en revue toute une gamme de procédés de marquage physique appliqués aux crustacés décapodes, comme l'injection de colorants biologiques (vert solide, bleu Niagara, trypan rouge et bleu) et les marques externes comme les rubans colorés, les fils métalliques et les marques à ancrage. De plus, ils examinent en détail un certain nombre de méthodes de codage interne, telles que les marques codées en micro-fils métalliques ou à base d'élastomère injecté. Comme pour les poissons, les techniques de génétique moléculaire sont également appliquées à l'étude des populations de crustacés et certaines d'entre elles sont décrites dans l'article. Les crevettes roses commercialisées sont le plus souvent conditionnées entières ou décortiquées après les indispensables opérations de tri, de lavage et de congélation, de sorte que le seul moyen d'en tracer l'origine est de la faire apparaître sur les documents de transport, les factures, les certificats sanitaires et l'étiquetage des emballages. Les conditions minimales d'étiquetage consistent en une description précise du contenu, à savoir, l'espèce, la quantité, l'identification du fabricant (nom et adresse), le lieu de conditionnement, l'importateur/exportateur ou le distributeur du produit, sans oublier le numéro du bordereau de chargement.
Keyword(s) aquatic animals, crustacea, fish, genetic markers, molluscs, tags, traceability
Abstract Effective methods of traceability are urgently required for use in research as weil as in different types of aquaculture operations and to control trade in aquatic animais and praducts. In regard to the marking of fish, many different tagging methods have been described and the method to be used depends on the purpose and need for tagging. In contrast, for molluscs and crustaceans, only a few methods of marking such animais have been described, due to the practical difficulties. The authors first describe the different methods for tracing fish and fishery products, by means of external tags, such as Floy tags, Carlin tags and passive integrated transponder tags; chemical marking using inorganic substances su ch as silver nitrate or potassium nitrate, pigments, oxytetracycline, etc.; and several different types of electronic devices in which basic information such as the strain of fish, farm of origin or weight can be stored. Genetic traceability using deoxyribonucleic acid prafiling is developing quite rapidly for cultured brood stocks and wild populations. This technique may be used with very high degrees of confidence to assign to or exclude animais or products fram their claimed origin, paternity or strain, and may be used as evidence in court proceedings. The second section of this paper describes the traceability of live molluscs for restocking and for human consumption. In these applications, genetic markers have been demonstrated to be suitable. Mechanical tagging on a small scale for research purposes has also been used. Otherwise, the only means of tracing live molluscs are the movement documents and the labelling on boxes that certifies the origin of the commodity. The third section describes the methods available for tracing live and dead crustaceans. A large variety of physical tagging methods for decapod crustaceans is described, such as the injection of biological stains (fast green, Niagara sky blue, trypan red and blue) and external tags such as coloured streamer tags, wire tags and a variety of anchor tags. Furthermore, a number of different internai coding methods, such as the coded micro-wire tags and injected elastomer tags are discussed in detail. As is the case for fish, genetic molecular techniques are also applied in population studies of crustaceans; some of the molecular genetic methods are described. Prawns for human consumption are most frequently packed whole or as tails after the necessary sorting, washing and freezing and the only way of performing a traceback is thraugh documents relating to movement, invoices, health certificates and labellillg of the boxes. The minimum requirements for labelling would be the content of the packages, Le. species, quantity, identification of the manufacturer (na me and address), packing place, importer/exporter or vendor of the product, in addition to the loading bill number.
Full Text
File Pages Size Access
publication-2701.pdf 21 833 KB Open access
Top of the page