Les scorpaenidae de l'Atlantique et de la méditerranée. première note. le genre scorpaena

Autre(s) titre(s) Atlantic and Mediterranean scorpaenidae. First note. The scorpaena genus
Type Article
Date 1943
Langue(s) Français
Auteur(s) Cadenat Jean
Source Revue des Travaux de l'Institut des Pêches Maritimes (0035-2276) (ISTPM), 1943 , Vol. 13 , N. 1-4
Résumé Les représentants de la famille des Scorpénidés dans l'Atlantique et la Méditerranée ont toujours donné lieu à de nombreuses discussions au sujet de leurs affinités réciproques. A l'époque encore récente où le nombre des espèces connues des côtes de France était encore très réduit, la place dans tel ou tel genre d'espèces telles que Helicolenus (Sebastes) dactylopterus DELAROCHE ou Scorpaena maderensis Cuvier et Valenciennes, par exemple, ont provoqué des séries d'articles où les conclusions des auteurs successifs n'étaient pas toujours concordantes, et aujourd'hui encore la lumière est loin d'être faite sur bien des points. Les difficultés que l'on rencontre dans la détermination des Scorpénidés : grande ressemblance générale, différences parfois difficiles à saisir, impossibilité de comparer les échantillons d'étude aux types, obligation de se contenter de descriptions incomplètes .ou mal interprétées, ont trop souvent entraîné les chercheurs à des déterminations trop hâtives ayant comme résultats : de compliquer la synonymie et de fausser plus ou moins complètement les données acquises sur la biogéographie d'une espèce. C'est ainsi que la Scorpène appelée Scorpaena rubellio par JORDAN et GUNN (Il est considérée comme synonyme de S. maderensis Cuvier Valenciennes par J. R. NORMAN (2), et de S. porcus Linné par H. W. FOWLER (3). De même l'extension de l'aire de dispersion de S. scrofa en Guinée, au Niger et à Sainte-Hélène, est due à des confusions avec des espèces différentes telles que S. stephanica, S. angolensis et S. scrofina. (OCR non contrôlé)
Résumé en anglais The Atlantic and Mediterranean members of the scorpaenidae family have always triggered numerous discussions about their reciprocious congenialities. Back in the (recent) days when the number of species known on the French coasts was still fairly low, the belonging of one species to such or such genus, as Helicolenus (Sebastes) dactylopterus DELAROCHE or Scorpaena maderensis Cuvier and Valenciennes, has been the subject of numerous articles of which the authors' conclusions might differ from one another, and even today light is still far from being shed on those topics. The difficulties met in the determination of scorpaenidae: similar general appearance, subtle differences, impossibility of comparing the samples with the types, incomplete or misinterpreted descriptions, have lead scientists to make hasty determinations resulting in: an even more complicated synonymy and incorrect data about the biogeography of the species. Thereby, the rockfish named Scorpaena rubellio by JORDAN and GUNN (I) is considered as a synonymous of S. maderensis Cuvier Valenciennes by J. R. NORMAN (2), and of S. porcus Linné by H. W. FOWLER (3). Likewise, the dispersion area of S. scrofa in Guinea, Niger and Sainte-Hélène, is caused by its confusion with other species such as S. stephanica, S. angolensis and S. scrofina. (unverified OCR)
Texte intégral
Fichier Pages Taille Accès
publication-3420.pdf 39 7 MB Libre accès
Haut de la page

Comment citer 

Cadenat Jean (1943). Les scorpaenidae de l'Atlantique et de la méditerranée. première note. le genre scorpaena. Revue des Travaux de l'Institut des Pêches Maritimes, 13(1-4). Open Access version : https://archimer.ifremer.fr/doc/00000/3420/