Aménagement des pêches lagunaires en Côte d'Ivoire

Autre(s) titre(s) Lagoon fisheries management in Ivory Coast
Type Rapport
Date 1985-11
Langue(s) Français
Référence FI: GCP/INT/398/NOR
Auteur(s) Doucet F, Chauvet C, Gilly Bernard, Meuriot Eric
Mot-Clé(s) SEM
Résumé Les changements intervenus dans les pêches lagunaires de Côte d'Ivoire au cours des vingt dernières années ont Crée de nombreux problèmes. Ces changements ont souvent pris la forme d'une introduction de nouveaux engins de pêche plus efficaces. Cela a non seulement entrai-né un accroissement considérable de l'effort de pêche et une certaine surexploitation des stocks, mais est aussi devenue une source nouvelle de conflits entre les pêcheurs continuant à employer les engins traditionnels et ceux utilisant les nouveaux engins. A la demande du Gouvernement, une mission FAO s'est rendue en Côte-d'Ivoire en mars-avril 1985 afin de préparer un plan d'aménagement des pêcheries lagunaires. A cette fin, la mission a procédé à une évaluation bio-économique de l'état des ressources halieutiques et pêcheries lagunaires. Les formes d'aménagement traditionnel exercées par les Chefs coutumiers, ainsi que les mesures d'aménagement récemment introduites par le Gouvernement ont également été analysées. L'analyse bio-économique des ressources et pêcheries des trois principaux ensembles lagunaires suggère: (i) une exploitation modérée des stocks en lagune de Grand-Lahou, (ii) une exploitation intense des stocks en lagune Ebrié avant 1982, associée à une diminution de la rente crée par ces pêcheries et à l'émergence de conflits entre pêche individuelle et pêche collective, (iii) une nette surexploitation biologique et économique des stocks en lagune Aby aggravée par des fluctuations climatiques importantes. Dans ce contexte, une réduction globale de l'effort de pêche sur les stocks surexploités et pleinement exploités devrait permettre d'augmenter les bénéfices économiques dérivés de la pêche lagunaire . Pour analyser les conséquences biologiques, économiques et sociales des choix d'aménagement s'offrant à la Côte d'Ivoire, la mission a examiné trois options principales: (1) l'accès libre; système ayant prévalu avant 1982 avec en pratique un contrôle informel exercé par les autorités coutumières, (2) le maintien du statu quo prévalant au début 1985 caractérisé par l'instauration de licences pour les sennes et leur interdiction de pécher dans les lagunes de Grand-Lahou et Ebrié, (3) la maîtrise "totale" de l'effort de pèche caractérisé par l'instauration de licences pour tous les engins, le principe du contrôle s'appliquant à toutes les lagunes mais la méthode de contrôle pouvant être différente selon les lagunes ou secteurs lagunaires. La mission recommande la mise en oeuvre progressive d'un régime d'aménagement fondé sur un système de licences et qui permettrait, à terme, la maîtrise "totale" de l'effort de pêche. Cette option requiert toutefois plusieurs conditions pour être effectivement appliquée. En particulier la Côte-d'Ivoire doit avoir la capacité administrative nécessaire pour mettre en place un tel système d'aménagement et bénéficier de l'appui scientifique et technique nécessaire lu bon fonctionnement des systèmes et à l'évaluation de ses résultats. A cette fin, la mission propose certaines modifications des structures administratives existantes. [OCR NON CONTRÔLE]
Texte intégral
Fichier Pages Taille Accès
rapport-4230.pdf 183 3 MB Libre accès
Haut de la page