Variations physiologiques du phosphore total de la coquille de Cryphaea angulata LMK

Autre(s) titre(s) Physiological changes of total phosphorous of Cryphaea angulata LMK shell
Type Article
Date 1957-09
Langue(s) Français
Auteur(s) Creac'h Paul V.
Source Revue des Travaux de l'Institut des Pêches Maritimes (0035-2276) (ISTPM), 1957-09 , Vol. 21 , N. 3 , P. 415-430
Résumé - Les quatre dépôts calciques de structure différente de la coquille de l'huître portugaise élevée sur le parc: pseudo-nacre, hypostracum, couche prismatique et masses crayeuses, présentent, dans l'ordre précité, des densités décroissantes allant de 2,58 à 0,51.

- Sur la base du poids de matière sèche, la teneur en matière organique totale et en phosphore croît. au contraire, dans le même ordre.


- Le calcul montre que la densité phosphorée (D.P.), c'est à dire la quantité de phosphore X10000 par unité de volume de ces dépôts, suit le même ordre décroissant que les densités. Autrement dit, pour élaborer 1 cc de coquille en pseudo-nacre (D.P. =0,81), la gryphée utilisera davantage de phosphore que pour déposer le même volume de craie (D.P. = 0,31). En cette dernière occurrence, elle économise le phosphore.

- Au fur et à mesure que l'huître croît (fait déjà signalé pour Ostrea edulis L), elle dépose en sa coquille une proportion de plus en plus importante de craie.

Ce phénomène est plus sensible à la valve inférieure, et plus net à partir de la 2e année.

En application de ce qui précède, on en déduira qu'en vieillissant, une huître utilise moins de phosphore pour élaborer un volume donné de coquille, qu'elle ne le faisait aux stades plus jeunes.

- Sur certains parcs du Courbey, plus la croissance d'une huître est rapide, plus sa coquille est crayeuse,

- L'accroissement du volume des solides constituant les valves des Gryphées est toujours plus rapide que l'accroissement pondéral, le phénomène étant plus marqué pour la valve inférieure,

- Les valves de faible densité phosphorée (c'est-à-dire riches en masses crayeuses) accusent une résistance mécanique plus faible que les coquilles sub-nacrées.

- Les huîtres sauvages ayant la totalité de la valve inférieure fixée sur un support, présentent un aspect corné particulier de la valve supérieure devenant moins net après la troisième année. Morphologiquement, leurs coquilles diffèrent nettement de celles des gryphées proliférant sur un parc ou sur des crassats. A l'analyse, elles sont sensiblement plus riches en phosphore,

L'analyse granulométrique du sol des parcs ou avaient proliféré les huîtres dont les coquilles font l'objet des précédentes conclusions, suivie du dosage du phosphore dans chaque fraction séparée, permettent les constatations suivantes:

Tous les sols renferment du sable siliceux et des débris coquilliers retenus aux divers numéros de tamis, ainsi qu'un pourcentage de fines et de suspensoïdes,
- Dans chaque échantillon de sol on peut distinguer une fraction phosphorée, dont la finesse des grains fait qu'elle est biologiquement utilisable par la Gryphée, et une autre fraction phosphorée dont le diamètre des constituants est supérieur Celle-ci est surtout constituée de débris coquilliers.

- Dans la limite du nombre des recherches effectuées, ce n'est pas la richesse absolue d'un sol en phosphore des suspensoïdes, mais le pourcentage de phosphore dans cette phase, qui paraît être en relation directe avec la vitesse de croissance de la coquille de Gryphée, Plus ce pourcentage est élevé, plus on constate une abondante prolifération de microorganismes dans le sol.

ATTENTION : Ce texte a été extrait du document par un processus automatique, non contrôlé, de reconnaissance optique de caractères (OCR). Il est donc susceptible de comporter des erreurs. En cas de doute, consultez le fichier PDF.
Résumé en anglais - The four calcium concretions of various structures of the farm cultivated Portuguese oyster: pseudo-nacre, hypostracum, prismatic layer and chalk masses, show, in order, falling densities going from 2.58 to 0.51.- Based on the dry matter weight, the total organic matter and phosphorus content increases, on the contrary, in the same order.- The calculation demonstrates that the phosphorus density (P.D.), that is to say the amount of phosphorus X10 000 per volume unit of these concretions, follows the same descending order as the densities. In other words, to create 1 cc of pseudo-nacre shell (P.D. = 0.81), grypheae will use more phosphorus to create the same volume of chalk (P.D. = 0.31). In this case, they save phosphorus.[...]
Texte intégral
Fichier Pages Taille Accès
publication-4660.pdf 16 499 KB Libre accès
Haut de la page

Comment citer 

Creac'h Paul V. (1957). Variations physiologiques du phosphore total de la coquille de Cryphaea angulata LMK. Revue des Travaux de l'Institut des Pêches Maritimes, 21(3), 415-430. Open Access version : https://archimer.ifremer.fr/doc/00000/4660/