Influence d'un élevage ostréicole sur les flux de nutriments et d'oxygène dans un écosystème lagunaire

Autre(s) titre(s) Impact of oyster culture on nutrients and oxygen fluxes in a coastal lagoon.
Type Article
Date 1998-11
Langue(s) Français
Auteur(s) Mazouni Nabila, Deslous-Paoli Jean-Marc, Landrein Sonia
Affiliation(s) IFREMER, Lab Ecol Conchylicole, F-34203 Sete, France.
Source Oceanologica Acta (0399-1784) (Elsevier), 1998-11 , Vol. 21 , N. 6 , P. 845-858
DOI 10.1016/S0399-1784(99)80011-5
WOS© Times Cited 15
Mot-Clé(s) Oxygène, Nutriments, Flux, Elevage ostréicole
Résumé L'influence d'un élevage d'huîtres creuses (Crassostrea gigas, Thunberg) sur les flux de nutriments et d'oxygène dans un écosystème lagunaire a été mesurée in situ au cours d'un cycle annuel. Une analyse factorielle des correspondances multiples (ACM) a permis de caractériser les quatre saisons en référence à la variabilité des flux observée au cours de la période d'étude. La consommation d'oxygène varie entre 0 μmol m−2 h−1 (janvier) et 11 823 ± 377 μmol m−2 h−1 en juillet. L'ammonium et les nitrate-nitrites sont produits dans la colonne d'eau avec respectivement des valeurs maximales de 2905 ± 327 μmol m−2 h−1 et 891 ± 88 μmol m−2 h−1. En période hivernale, les flux de nitrate-nitrites sont nuls et ceux d'ammonium sont minimaux (177 ± 97 μmol m−2 h−1). Par contre, en saison chaude, les nitrate-nitrites constituent une fraction importante (20 %) de l'azote inorganique dissous total produit dans la colonne d'eau. Les flux de phosphate sont orientés vers une production dans la colonne d'eau qui présente un pic en mai (1686 ± 44 μmol m−2 h−1) et un autre en novembre (2691 ± 800 μmol m−2 h−1). Enfin, dans les secteurs conchylicoles, les résultats montrent que les élevages exercent une grande influence sur la régénération de l'azote dans la colonne d'eau. La présence d'une épibiose importante contribue, dans une certaine mesure, à augmenter cette influence. En effet, dans ces secteurs, les tables à huîtres produiraient en moyenne 2 × 107 mol d'azote par an, ce qui représente un impact très supérieur à celui obtenu antérieurement sans considérer pas les épibiontes.

Keyword(s) Oxygen, Nutrients, Fluxes, Oyster culture
Résumé en anglais The impact of suspended oyster culture (Crassostrea gigas, Thunberg) on oxygen and nutrient fluxes has been studied in situ, in a coastal lagoon (Thau, France), during a seasonal cycle. On the first plan of the multiple factorial correspondences analysis (MCA), seasons were well discriminated. The fluxes were maximum in summer and minimum in winter. However, this seasonal pattern was not only linked to the water temperature, as autumn and spring (similar temperatures of about 12 degrees C) were distinct in the second factorial plan (2.3). Oxygen uptake by the oyster cultures varied between 0 mu mol m(-2) h(-1) (January) and 11 823 +/- 377 mu mol m(-2) h(-1) (July). Ammonia and nitrate-nitrites were released into the water column respectively at a rate of 2905 +/- 327 mu mol m(-2) h(-1) and 891 +/- 88 mu mol m(-2) h(-1) in the summer and 0 mu mol m(-2) h(-1) and 177 +/- 97 mu mol m(-2) h(-1) in the cold season. During the summer, the nitrate-nitrites flux was about 20 % of the total dissolved inorganic nitrogen production. Phosphate release was low except for two periods during which an important release was measured; in May (1686 +/- 44 mu mol m(-2) h(-1)) and in November (2691 +/- 800 mu mol m(-2) h(-1)). No linear relation between water temperature and phosphate flux was found. In Than Lagoon, oyster cultures (oysters and epibiota) by producing 2 x 10(7) mol-N y(-1) play a central role in nitrogen renewal in the water column.
Texte intégral
Fichier Pages Taille Accès
publication-840.pdf 14 1 MB Libre accès
Haut de la page