In situ equilibrium pore-water pressures derived from partial piezoprobe dissipation tests in marine sediments

Type Article
Date 2013-12
Language English
Author(s) Sultan NabilORCID1, 2, Lafuerza Sara1
Affiliation(s) 1 : IFREMER, REM GM LES, Plouzane, France.
2 : Beirut Arab Univ, Fac Engn, Tripoli Branch, Beirut, Lebanon.
Source Canadian Geotechnical Journal (0008-3674) (Canadian Science Publishing, Nrc Research Press), 2013-12 , Vol. 50 , N. 12 , P. 1294-1305
DOI 10.1139/cgj-2013-0062
WOS© Times Cited 5
Keyword(s) cavity expansion, dissipation tests, marine sediment, piezoprobe, pore-water pressure
Abstract L’excès de pression interstitielle a un effet significatif sur la stabilité des pentes sous-marines et sur la déformation des sédiments, alors sa mesure in-situ à l’équilibre est cruciale pour réaliser des évaluations exactes de la stabilité des pentes et pour dériver adéquatement les paramètres géotechniques de conception. La pression interstitielle in-situ à l’équilibre est généralement obtenue à partir de la diminution de la pression interstitielle lors d’essais en piézocône. Cependant, les plateaux et pentes sous-marins sont souvent caractérisés par l’existence de sédiments à faible perméabilité (à granulométrie fine) qui engendrent des tests de dissipation de longue durée, ce qui représente une problématique pour les coûts d’opération en mer. Ainsi, des essais de dissipation partiels ou de courte durée sont généralement réalisés et les pressions interstitielles in-situ à l’équilibre sont prédites à partir de mesures partielles. Grâce à une approche modifiée de l’expansion d’une cavité, cet article tente de prédire les pressions interstitielles in-situ à l’équilibre pour quatre sites différents. Des comparaisons entre les pressions interstitielles à l’équilibre prédites et celles mesurées in-situ ont permis de définir un guide servant à évaluer le temps minimal requis pour réaliser des essais de dissipation de courte durée pour un sédiment marin donné. Le résultat principal de cette note est que la dérivée double de la pression interstitielle, u, versus le logarithme du temps, t, ∂2u/∂ln(t)2 doit être positive afin de calculer exactement la pression interstitielle in-situ à l’équilibre à partir de mesures partielles
Full Text
File Pages Size Access
Author's final draft 26 1 MB Open access
Top of the page