Mortalités de moules bleues dans les Pertuis Charentais: description et facteurs liés – MORBLEU

Type Rapport de contrat
Date 2016-03
Langue(s) Français
Référence R.INT.RBE/SG2M-LGPMM
Auteur(s) Travers Marie-AgnesORCID1, Pepin Jean-Francois2, Soletchnik Patrick2, Guesdon Stephane2, Le Moine Olivier2
Contributeur(s) Bierne Nicolas, Benabdelmouna Abdellah, Morga Benjamin, Huvet ArnaudORCID, Hervio Heath Dominique, Brunet Alexandre, Derrien Annick, Chabirand Jean-Michel, Genauzeau Sylvie, Grizon James, Polsenaere PierreORCID, Robert Stephane, Schmitt Anne, Seugnet Jean-Luc, Tourbiez Delphine, Ledu Christophe, Palvadeau Hubert, De Lorgeril Julien, Stanisiere Jean-Yves, Dumas Franck, Souchu Philippe, Bechemin Christian, Lapegue Sylvie
Affiliation(s) 1 : IFREMER, RBE-SG2M-LGPMM, Station La Tremblade, Avenue de Mus de loup, 17390-La Tremblade, France
2 : IFREMER, ODE-LITTORAL-LERPC, Station de La Tremblade, Avenue de Mus de loup, 17390-La Tremblade, France
Note Convention DPMA 2015- IFREMER 14/1211577/F
Mot-Clé(s) Moules, Mytilus edulis, Fluctuations environnementales, Connectivité hydrodynamique, Populations, Qualité cytogénétique, Immunité, Physiologie
Résumé Depuis 2014, des surmortalités anormales affectent les cheptels mytilicoles tant adultes que juvéniles avec des mortalités massives pouvant atteindre 100% (Béchemin et al. 2015). Les objectifs généraux de ce projet sont d’identifier des facteurs potentiellement corrélés avec les mortalités de moules observées dans les Pertuis Charentais: facteurs environnementaux biotiques, abiotiques et hydrodynamiques) et facteurs intrinsèques aux animaux (traits d'histoire de vie, qualité cytogénétique et physiologie). Après une introduction bibliographique complète, différentes questions sont ici abordées.
1. Historique des mortalités 2014-2015 ? Grâce { différentes sources d’information nous avons pu retracer les évènements de mortalités de 2014 et 2015 et valider l’échantillonnage réalisé en 2015 dans Morbleu (au niveau temporel et spatial).
2. Les mortalités 2014 et 2015 sont-elles exceptionnelles ? Existe-t-il un lien avec les fluctuations environnementales ? Pour cela, nous avons porté un regard rétrospectif sur 15 années de données acquises dans les réseaux portés par Ifremer afin de définir un niveau de mortalité « anormale » et d’explorer de potentiels liens avec les fluctuations environnementales. Nous avons pu observer que (1) les épisodes de mortalités de 2014 et 2015 peuvent être qualifiés d’exceptionnels, (2) ils sont survenus dans des conditions climatiques plutôt chaudes et pluvieuses associées à des indices de diversité phytoplanctoniques bas (nombre de taxons et équilibre quantitatif entre ces taxons).
3. Dans quelles conditions les mortalités de moules sont-elles survenues en 2015 ? Nous présentons ici dispositif mis en place sur nos 4 sites ateliers (Filière, Boyard, Eperon et Loix) et l’ensemble des échantillons et mesures collectées (environnement abiotique ou biotique, ou connectivité hydrodynamique des masses d’eaux). Cette action de recherche a nécessité 16 campagnes et aboutit à la bancarisation de 805 échantillons, certains prévelés au cours des mortalités observées sur les animaux déployés. Les mortalités observées en 2015 sont survenues dans un contexte environnemental abiotique différent de celui observé en 2014 (absence de dessalure comparable à celles observées en 2014, différence dans la contribution relative des fleuves aux masses d’eau). Néanmoins, les conditions hydrodynamiques et la connectivité entre les sites du Pertuis Breton et les côtes vendéennes sont quant à elle comparables entre ces 2 années.
4. Quelle(s) ont été la(les) espèce(s) ou population(s) de moules affectée(s) ? Différentes espèces et populations étant présentes sur les côtes française, nous avons cherché à préciser les ascendances génétiques sur des animaux moribonds et vivants prélevés (MORBLEU et mortalité déclarées MYTILOBS-2). Pour 99% d’entre eux, les animaux analysés ont pu être affiliés au fond génétique M. edulis européen du Golf de Gascogne. Toutefois la présence d’ascendance trossulus sur certains individus est à considérer. Avec les marqueurs utilisés, aucune différence génétique entre les animaux moribonds et survivants n’a pas être observée, les mortalités touchant certains hybrides edulis/galloprovincialis en proportion identique à celle de M. edulis.
5. Quelle était la qualité cytogénétique des animaux en 2015 ? Pourrait-il exister un lien avec les mortalités observées ? Nous avons échantillonné des animaux prélevés sur 7 sites mytilicoles avant et après la mortalité de l’année 2015. Les analyses de la qualité cytogénétique de ces animaux est toujours en cours.
6. Ces animaux étaient-ils dans des conditions physiologiques particulières ? des échantillons de moules vivantes, collectés avant, après et au cours des mortalités, sur des sites impactés et peu/pas impactés ont été analysés par une approche transcriptomique à haut débit (RNA-seq). L’échantillonnage 2015 ayant été tardif dans l’année (prélèvements jusqu’en juillet 2015), la réalisation de l’approche transcriptomique a été retardée. Le traitement des données de séquençage est encore en cours d’analyse.
Ainsi cette année nous a permis (1) de confronter les données environnementales à 15 années de mesures, (2) de mettre en place un dispositif et d’échantillonner au cours d’un épisode de mortalité, (3) de préciser le fond génétique des animaux affectés. Cependant les prélèvements ayant été tardifs, de nombreuses analyses sont encore en cours de traitement.
Texte intégral
Fichier Pages Taille Accès
Version officielle éditeur 126 2 MB Libre accès
Haut de la page

Comment citer 

Travers Marie-Agnes, Pepin Jean-Francois, Soletchnik Patrick, Guesdon Stephane, Le Moine Olivier (2016). Mortalités de moules bleues dans les Pertuis Charentais: description et facteurs liés – MORBLEU. R.INT.RBE/SG2M-LGPMM. https://archimer.ifremer.fr/doc/00324/43539/