Réseau de surveillance du phytoplancton (REPHY). Observations sur le bassin d'Arcachon de 1987 à 1990

Type Rapport
Date 1994
Langue(s) Français
Référence R.INT.DEL/94.15/ARCACHON
Auteur(s) Masson Nadine1
Contributeur(s) Trut Gilles, Maurer Daniele, Auby IsabelleORCID
Affiliation(s) 1 : Ifremer, Station d'Arcachon, France
Mot-Clé(s) REPHY, Bassin d'Arcachon, Phytoplancton, Chlorophylle a, Température, Salinité, Sels nutritifs
Résumé

Grâce au réseau de surveillance du phytoplancton  (REPHY) mis en place en 1984, une importante banque de données s'est constituée. L'étude quantitative et qualitative de la flore observée de 1987 à 1990 dans le bassin d'Arcachon permet de montrer les variations suivantes. En ce qui concerne le phytoplancton, Ces quatre années de sécheresse sont dans l'ensemble pauvres et peu contrastées mais montrent tout de même des schémas saisonniers similaires à ceux décrits par les précédents auteurs. Une alternance est observée avec 1987 et 1989 plus pauvres que 1988 et 1990. 1987 et 1989 sont aussi marquées par une sécheresse plus importante et par conséquent de fortes salinités et de faibles apports en sels azotés. D'un point de vue qualitatif, les diatomées responsables des floraisons printanières sont : Chaetoceros spp., Leptocylindrus danicus, Nitzschia seriata, Skeletonema costatum, Thalassionema nitzschioïdes et Asterionella glacialis. La floraison automnale d'une espèce donnée apparaît dépendante de son propre bloom printanier. Dans l'ensemble, les espèces citées ici sont également celles citées par les précédents au teurs. Asterionella glacialis se distingue du lot; en effet cette espèce occupe à partir de fin octobre 1989 une place dominante dans le milieu avec une présence continue et les plus fortes abondances relatives. Une confrontation plus poussée de ces données aux facteurs environnementaux pourrait contribuer à expliquer ce phénomène.

Texte intégral
Fichier Pages Taille Accès
Version officielle éditeur 67 14 MB Libre accès
Haut de la page