SELEDRAG : Etude comparative de la sélectivité des dragues à coquilles Saint-Jacques Pecten maximus

Autre(s) titre(s) SELEDRAG : A comparative study of King scallop (Pecten maximus) dredge selectivity
Type Rapport scientifique
Date 2020-03
Langue(s) Français
Référence R.RBE/HMMN/RHPEB-2020-01
Auteur(s) Foucher Eric, Quinquis Jerome, Ton Caroline
Affiliation(s) Ifremer Unité Halieutique Manche – Mer du Nord (HMMN) Laboratoire Ressources Halieutiques de Port-en-Bessin (RHPEB) Avenue du Général de Gaulle – 14520 Port-en-Bessin, France
Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins 134 Avenue de Malakoff 75116 Paris, France
DOI 10.13155/72596
Editeur Ifremer
Version 1
Mot-Clé(s) Coquille Saint-Jacques, Pecten maximus, Manche Est, baie de Seine, sélectivité des dragues
Résumé

Le projet SELEDRAG a été mené dans les eaux territoriales françaises en mai 2019. Il s'agissait d'un projet court, porté par le CNPMEM (Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins), avec l'Ifremer comme partenaire scientifique, et financé par «France Filière Pêche». Le contexte du projet est la pêcherie française de coquilles Saint-Jacques en Manche Est, représentant 720 bateaux de pêche directement concernés par cette espèce. Malgré son importance, il existe très peu de mesures de gestion de cette espèce au niveau européen, mais afin de protéger le stock des règles contraignantes, non applicables aux autres états membres, existent pour les pêcheurs français. L'une des spécificités françaises est le diamètre de l'anneau utilisé, 92 mm pour toutes les pêcheries de coquilles Saint-Jacques alors qu’il est de 85 mm (ou moins) pour les pêcheries britanniques. Une autre divergence importante est la fermeture estivale en France (du 15 mai au 30 septembre), alors qu’il n'y a pas de fermeture saisonnière pour les bateaux britanniques autorisés à pêcher toute l'année. En conséquence, les pêcheurs français souhaiteraient que ces mesures de gestion des stocks protectrices et efficaces soient également appliquées par d'autres flottilles en Manche, à commencer par une harmonisation à 92 mm des anneaux des dragues. Par ailleurs, les organisations de pêcheurs françaises réfléchissent dès à présent à augmenter la taille des anneaux des dragues de 92 mm à 97 mm d'ici à octobre 2020.

Le projet SELEDRAG a pour objectif d'établir la corrélation entre l'augmentation du diamètre de l'anneau des dragues à coquilles Saint-Jacques et l'amélioration de la sélectivité des engins, et également de quantifier pendant le tri à bord le gain de temps et de manipulations associés à l'augmentation du diamètre des anneaux de la drague.

Les essais ont été réalisés en Baie de Seine à bord du bateau de pêche «Le Tourville» pendant 3 jours début mai 2019. L'étude montre que la sélectivité des dragues à coquilles Saint-Jacques augmente avec le diamètre des anneaux utilisés (85, 92 et 97 mm). La sélectivité intervient faiblement sur les coquilles de taille commerciale (> 110 mm dans la plus grande largeur), mais plutôt sur celles de taille inférieure, qui sont mieux filtrées avec un maillage plus large. Un maillage important permet ainsi de réduire les captures de coquilles sous-taille et les déchets (galets, rochers, coquilles mortes, débris, étoiles de mer, etc.), au profit de coquilles de taille commerciale, qui présentent de plus une taille moyenne plus importante. Il permet également de réduire le temps de tri sur le pont et les travaux pénibles de l'équipage. Concernant la fraction de coquilles entre 102 et 110 mm, il apparaît que la drague de 97 mm présente une légère perte pour ces tailles. Cela pourrait être considéré comme une perte de rendement sur les gisements de coquilles de la Manche Occidentale où la taille minimale de capture est de 100 mm à l’échelle européenne (102 mm en France), mais cependant l'utilisation de ce maillage permet de conserver un reliquat plus important de coquilles qui continueront de croître et seront capturées lors de la prochaine saison de pêche.

Keyword(s) Coquille Saint-Jacques, Pecten maximus, Manche Est, baie de Seine, sélectivité des dragues
Résumé en anglais

The SELEDRAG project was conducted in French territorial waters in May 2019. It was a short project, lead by the CNPMEM (French National Committee for Marine Fisheries), with Ifremer as scientific partner, and funded by “France Filière Pêche”. The context of the project is the French King Scallop fishery in the Eastern Channel, where 720 fishing boats are directly concerned by this species. Despite its importance, there is very little management for this species at the European level, but several binding rules for French fishermen in order to protect the stock, are not applicable to other countries. One of the French specificity is the ring size used, 92mm for all Scallop fisheries in France vs 85mm (or less) for UK fisheries. Another sharp divergence is the summer closure in France (from the 15th of May to the 30th of September) when there is no seasonal closure for UK boats which are allowed to fish all year long. In consequence, French fishermen would like to see these protective and effective stock management measures applied to all fleets operating in the Channel, beginning with a harmonization of the ring size to 92 mm. On the other hand, French fishermen organizations are in the process of further increasing the ring size of the dredges, from 92mm to 97mm by October, 2020.

The aim of SELEDRAG project is to establish the correlation between the increase of the diameter of King scallop dredge ring size and the improvement of gear selectivity, and also to quantify the sorting gain in time and handling on board associated with the increase of the diameter of the dredge rings.

3 days of trials were done onboard “Le Tourville” fishing boat beginning of May 2019.

The study proves that the selectivity of King scallop dredges increases with the diameter of the rings used (85, 92 and 97 mm). Selection is not so much on commercial size scallops (> 110 mm overall width), but rather on undersized scallops which are better filtered with a wider mesh size. A large mesh size thus makes it possible to reduce the catches of under size scallops and waste (pebbles, rocks, dead shells, debris, brittle stars, etc.), in favor of commercial size scallops, with in addition a larger average size, and therefore reducing sorting time on the deck and hard labor for the crew. Regarding the fraction of scallops between 102 and 110mm, it appears that the dredge of 97mm has a slight catch reduction for these sizes. This could be considered as a yield loss for the scallops’ beds in Western English Channel where the European minimal catch size is 100 mm (102 mm in France). However, it should be noted that the use of this mesh will allow to keep a surplus of scallops which will continue to grow and will be captured during the next fishing season.

Texte intégral
Fichier Pages Taille Accès
Version officielle éditeur 29 2 MB Libre accès
Haut de la page

Comment citer 

Foucher Eric, Quinquis Jerome, Ton Caroline (2020). SELEDRAG : Etude comparative de la sélectivité des dragues à coquilles Saint-Jacques Pecten maximus. R.RBE/HMMN/RHPEB-2020-01. https://doi.org/10.13155/72596