Devenir des virus entériques en mer et influence des facteurs environnementaux

Autre(s) titre(s) Influence of environmental factors on the survival of enteric viruses in seawater.
Type Article
Date 1998-11
Langue(s) Français
Auteur(s) Gantzer Christophe, Dubois Éric, Crance Jean-Marc, Billaudel Sylviane, Kopecka Helena, Schwartzbrod Louis, Pommepuy Monique, Le Guyader Françoise
Affiliation(s) Fac Pharm, Virol Lab, F-54000 Nancy, France.
IFREMER, Microbiol Lab, F-44311 Nantes 03, France.
CRSSA, Dept Cellular Biol, F-38700 La Tronche, France.
Fac Pharm, Virol Lab, F-44000 Nantes, France.
Inst Pasteur, Unite Virol Mol, F-75724 Paris, France.
Source Oceanologica Acta (0399-1784) (Elsevier), 1998-11 , Vol. 21 , N. 6 , P. 983-992
DOI 10.1016/S0399-1784(99)80020-6
WOS© Times Cited 38
Mot-Clé(s) Facteurs environnementaux, Survie, Eau de mer, Virus entériques
Résumé Ce travail a pour but de mieux comprendre le devenir des virus en milieu marin. Dans ce cadre, l'influence de certains paramètres physicochimiques (température, UV et salinité) sur le pouvoir infectieux du poliovirus 1 et du virus de l'hépatite A (VHA) en eau de mer a été évalué, puis l'adsorption du poliovirus 1 sur les matières en suspension (MES) a été étudié, ainsi que les conséquences sur le pouvoir infectieux du virus et enfin le génome des rotavirus a été recherché en milieu naturel (eaux et coquillages). Les résultats montrent que la température est un paramètre important pour la survie des virus puisque le temps nécessaire à inactiver 90 % des virus (T90) en eau de mer est de 671 j à 4 °C alors qu'il est seulement de 25 j à 25 °C. Le rayonnement ultraviolet (42 mW s cm−2) testé en pilote expérimental, permet d'obtenir une inactivation rapide du poliovirus 1 (T90 = 1,3 min). Le VHA est plus résistant avec un T90 = 2,6 min. En revanche la salinité de l'eau de mer n'a pas d'influence sur la survie des virus. En ce qui concerne l'influence des MES, les résultats montrent qu'en présence de 3, 15 et 500 mg L−1 de Na-montmorillonite la majorité des virus est adsorbée (90 à 99,9 %). Cet état adsorbé ne procure aucune protection aux virus pour les faibles concentrations de MES (3 et 15 mg L−1) alors qu'une augmentation significative de survie est observée pour les fortes concentrations (500 mg L−1). Enfin, l'analyse d'échantillon de l'environnement a montré que 20 % des fruits de mer, environ 40 % des eaux de rivière et environ 40 % des eaux usées traitées testées contenaient du génome de rotavirus.

Keyword(s) Environmental factors, Survival, Seawater, Enteric viruses
Résumé en anglais To improve the knowledge of the survival of enteric viruses in a marine environment, the influence of physico-chemical parameters (temperature, UV, salinity) on the survival of infectious poliovirus 1 and hepatitis A Virus (HAV) in seawater was first studied, the influence of suspended solids (SS) on poliovirus adsorption and survival in seawater was then evaluated and the detection of rotavirus genome in environmental samples (shellfish, river water, treated wastewater) was finally investigated. The results show that temperature has a major impact on virus survival in seawater as the time necessary to inactivate 90 % of the virus (T-90) is 671 days at 4 degrees C and only 25 days at 25 degrees C. Ultraviolet light (42 mW s cm(-2)) rapidly inactivates viruses but HAV is more resistant (T-90 = 2.6 min) than the poliovirus 1 (T-90 = 1.3 min). By contrast, seawater salinity has no effect on virus survival. In presence of SS, 90 % to 99.9 % of the viruses were adsorbed. This adsorption does not provide any protection for viruses with low SS concentrations (3 and 15 mg L-1) but a slight increase in virus survival was observed with a high SS concentration (500 mg L-1). Finally environmental sample analysis indicated that 20 % shellfish, about 40 % river water and 40 % treated wastewater tested positive for the rotavirus genome.
Texte intégral
Fichier Pages Taille Accès
publication-846.pdf 10 922 KB Libre accès
Haut de la page