Performances d'élevage de la moule (Mytilus edulis) en Manche/Atlantique. Recensement et interprétation. 1 : Synthèse et rapport

Type Rapport de contrat
Date 2013-04-13
Langue(s) Français
Référence RST/LER/MPL/2013-05
Auteur(s) Rodriguez Julien1
Contributeur(s) Baud Jean-Pierre, Bedier Edouard, Bernard Ismael, Blin Jean-Louis, Bouquet Anne-Lise, Chauvin Jacky, Cochet Helene, Cugier Philippe, Gangnery Aline, Geay Amelie, Gerla Daniel, Mazurie Joseph, Le Moine Olivier, Robert Stephane, Soletchnik Patrick, Stanisiere Jean-Yves
Affiliation(s) 1 : Ifremer, LER/MPL/La Trinité/mer, France
Note Convention DPMA N°11/1219611/NYF du 12/12/2011 Avec la contribution de : Ifremer, Laboratoire Environnement Ressources Finistère Bretagne Nord, Ifremer, Laboratoire Ressources Poitou-Charentes, CREAA, Centre Régional d’Expérimentation et d’Application Aquacole, SMEL, Syndicat Mixte pour l’Équipement du Littoral, IAV, Institut d’Aménagement de la Vilaine, Profession et Syndicats mytilicoles, Comités régionaux de la Conchyliculture Nord-Normandie, Bretagne Nord, Bretagne Sud, Pays de Loire, Poitou Charentes, CNC – Comité National de la Conchyliculture.
Mot-Clé(s) Mytiliculture, bouchots, moule, Mytilus edulis, performances d’élevage, bassins conchylicoles, croissance, décrochage, mortalité, byssus, prédation, réseaux, sécheresse, régimes de vents
Résumé Cette étude a pour objectif l’analyse des baisses de productivité impactant la mytiliculture des façades Manche/Atlantique. L’identification des problèmes et leur interprétation ont utilisé plusieurs sources d'informations complémentaires: professionnelles, bibliographiques, réseaux d'observations, mesures et modèles.
Il apparaît une évolution quasi-concomitante de la production des bassins mytilicoles entre 2007 et 2011 de la Normandie aux Pertuis charentais. Les années 2007 et 2008 sont des années marquées par un gain de productivité alors qu’en 2010 et 2011, une baisse généralisée des productions est constatée. Plusieurs problèmes conjoncturels semblent expliquer cette baisse de productivité :
- un déficit de croissance qui contribue fortement aux tendances observées
- des pertes par décrochage ou mortalités en lien notamment avec une recrudescence de la prédation sur certains secteurs.
La variabilité spatiale des performances est liée aux caractéristiques environnementales et culturales propres aux bassins mytilicoles. La productivité d’un bassin est limitée par la disponibilité en nourriture ou par une turbidité trop importante sur certains sites. La variabilité interannuelle est liée à l’abondance des efflorescences ou à un équilibre entre disponibilité trophique et turbidité.
En 2011, des conditions de sécheresse marquées ont eu un impact sur le débit des fleuves limitant ainsi fortement les apports en nutriments nécessaires au développement du phytoplancton. En 2010, la sécheresse du printemps n’explique pas à elle seule un moindre développement des efflorescences. La dominance de vents d’Est crée sur certains sites des conditions défavorables au développement et au maintien du phytoplancton.
Les phénomènes de décrochages et de mortalités des moules adultes pourraient être liées à la conjonction de facteurs physiologiques et environnementaux défavorables. Les conditions climatiques ont de plus permis une recrudescence d’étoiles de mer sur certains sites. Les déficits en naissain observés font l’objet d’un déterminisme complexe qui demandera un complément d’étude.
Un éventuel réseau d’observation national devra être suffisamment intégrateur pour permettre d’évaluer les facteurs intervenant dans le déterminisme des performances d’élevage.
Keyword(s) Mussel farming, bouchot, Mytilus edulis, growth, mortality, byssus, detachment, meteorological conditions
Abstract The objective of this study is to explain the decrease in mussel production, along the French coasts of Atlantic and the English Channel, through existing data and additional inquiries. This decrease in 2010 and 2011 had two components : a growth deficit and losses of mussels, due to detachment and mortality. Both inter-annual and geographic differences in rearing yields seem to be linked to phytoplankton abundance and turbidity.
In 2011, severe droughts have impacted the level of rivers effluents to marine, limiting nutrients inputs. In 2010, frequent winds from east seem to have maintained the phytoplankton blooms away from the coasts.
Detachment and mortalities of mussels might be due to physiological stress or weakening linked to poor environmental conditions (heat, lack of food). The high salinities consecutive to insufficient rains also favoured the presence of starfish in coastal mussel areas. Different factors still unexplained may induce a lack of spat collection.
A recommendation for making such investigations easier in the future is to implement a regular survey of rearing performances, at national level, through a standardised protocol.
Texte intégral
Fichier Pages Taille Accès
23422.pdf 149 8 MB Libre accès
Haut de la page

Comment citer 

Rodriguez Julien (2013). Performances d'élevage de la moule (Mytilus edulis) en Manche/Atlantique. Recensement et interprétation. 1 : Synthèse et rapport. RST/LER/MPL/2013-05. https://archimer.ifremer.fr/doc/00142/25341/