Croissance de la palourde japonaise (Venerupis philippinarum) : périodicité des micro-incréments et taux de croissance journaliers en fonction de la taille et des conditions environnementales par marquage à la calcéine

Type Poster
Date 2013
Langue(s) Français
Auteur(s) Caill-Milly Nathalie1, Mahe KeligORCID1, Bellamy Elise1, D'Amico Franck2
Affiliation(s) 1 : Ifremer, France
2 : Univ Pau, France
Conférence Colloque de Sclérochronologie : Structures dures ou calcifiées chez les organismes aquatiques : leur utilisation en écologie halieutique, 2-4 Juillet 2013, Rennes
Résumé L’exploitation de la palourde japonaise (Venerupis philippinarum) dans le bassin d’Arcachon constitue une activité socio-économique importante pour l’Aquitaine avec environ 500 tonnes capturées pour un chiffre d’affaires annuel estimé à 1,5 M€. Au côté des mesures de conservation (taille minimale fixée à 35 mm) décidées au niveau européen, la gestion de cette espèce est effectuée au niveau régional via des mesures adoptées par les structures représentant la pêche professionnelle. Le choix de ces mesures s’appuie largement sur des travaux scientifiques (suivis et recherches) démarrés en 2005. Ces derniers portent notamment sur l’amélioration des connaissances de la dynamique de ce stock et s’intéressent en particulier aux conditions de croissance intra-bassin de cette espèce introduite. En complément d’études antérieures de la structure externe avec des expérimentations de marquage –recapture qui ont permis l’estimation des paramètres de croissance du modèle de Von Bertalanffy, la présente étude s’intéresse aux microstructures internes de la coquille. La périodicité des incréments et les taux de croissance journaliers en fonction de la taille et des conditions environnementales du bassin sont considérés. Ils reposent sur une expérimentation de marquage à la calcéine réalisées selon différents temps de balnéation et de concentrations en marqueur testés. Le rythme tidal de formation des incréments est validé par la formation de la strie fluorescente obtenue avec un bain de calcéine à 100 mg/l pendant une heure. Les différences de formation des microstructures entre les deux sites d’étude (représentatifs d’environnements distincts : fond de bassin et proche océan) sont discutées. Elles renseignent ainsi sur la réponse physiologique de la sécrétion de la coquille à des changements environnementaux et sont des connaissances utiles à une échelle fine pour mieux comprendre la structure et la dynamique de la population de palourde japonaise du bassin.
Texte intégral
Fichier Pages Taille Accès
23923.pdf 1 1 MB Libre accès
Haut de la page

Comment citer 

Caill-Milly Nathalie, Mahe Kelig, Bellamy Elise, D'Amico Franck (2013). Croissance de la palourde japonaise (Venerupis philippinarum) : périodicité des micro-incréments et taux de croissance journaliers en fonction de la taille et des conditions environnementales par marquage à la calcéine. Colloque de Sclérochronologie : Structures dures ou calcifiées chez les organismes aquatiques : leur utilisation en écologie halieutique, 2-4 Juillet 2013, Rennes. https://archimer.ifremer.fr/doc/00148/25906/